IMG_4435Justice et Paix et oeku Eglise et environnement disent Oui à l’Initiative pour une économie verte

La Commission nationale « Justice et Paix » de la Conférence des évêques suisses et l’organisation oecuménique « oeku Eglise et environnement » soutiennent l’initiative pour une économie verte. De leur point de vue, l’objectif d’adopter une économie durable et qui ménage les ressources s’impose sur les plans éthique et écologique. L’initiative montre un chemin praticable en proposant d’accomplir un pas nécessaire vers une diminution de notre atteinte à l’environnement. La préservation de la création constitue une tâche fondamentale pour toutes les chrétiennes et tous les chrétiens.

 
Voyant que le contre-projet du Conseil fédéral à l’Initiative pour une économie verte sous la forme d’une révision de la Loi sur la protection de l’environnement a été rejeté par le Parlement et considérant la gravité des défis actuels dans le domaine des changements climatiques, les deux institutions soutiennent l’initiative, car elles estiment que chaque nouvelle attente fait empirer la situation. Les concepts adoptés jusqu’à présent – et qui sont essentiellement basés sur le principe du volontariat – ne sont pas en mesure de provoquer un retournement de situation en vue d’une stabilisation climatique et de faire face à la surexploitation des ressources naturelles. « Il ne s’agit pas seulement d’une question d’environnement. Cela concerne les êtres humains, partout dans le monde – et surtout les plus démunis ! Et dans ce cas le volontariat ne suffit pas », affirme Thomas Wallimann-Sasaki, président ad intérim de Justice et Paix. L’initiative tente à dépasser la confrontation entre consommateurs et économie. La protection du climat ne peut réussir que si les deux parties tirent à la même corde.
Dans sa remarquable encyclique „Laudato si“, le pape François a clairement mis en évidence les critères qui comptent dans ce domaine pour les chrétiennes et les chrétiens : Qui ne prend pas soin de l’environnement – qui a été créé par Dieu – ne prend pas non plus au sérieux les êtres humains, et en particulier les pauvres et les défavorisés. Car l’exploitation de la nature va de paire avec l’exploitation des êtres humains.
Nous remercions toutes les personnes qui s’engagent en faveur de la protection de la création dans notre pays.